Connexion
8 718 Livres Blancs | | 1 104 |
> Accueil / Dossiers / Tout comprendre de la scalabilité, du scaling et de la scale-up

Tout comprendre de la scalabilité, du scaling et de la scale-up


Comme vous le savez certainement, le monde du business est un univers saturé de jargon parfois compliqué à déchiffrer. Bien que certains termes aient atteint une côte de popularité suffisante pour être compris de tous (start-up, pour ne citer qu'un exemple), de nombreux termes restent méconnus du grand public et même des experts dans certains cas. C'est le cas du scaling, de la scalabilité et du scale-up qui, vous l'aurez deviné, seront les sujets principaux de notre dossier aujourd'hui. Toutefois, avant de démarrer, une question pour tous les experts qui pensent savoir ce qu'est le scaling : le scaling et la croissance sont-ils identiques ? Si vous avez répondu oui, détrompez-vous, et restez un peu pour mieux comprendre les principes fondamentaux du scaling, de la scalabilité et des scale-up.


Définition

Comme souvent avec le jargon entrepreneurial, la scalabilité trouve ses racines de l'autre côté de l'Atlantique dans le pays du doux rêve américain. Tiré du mot "scale", signifiant "échelle" en français, c'est un terme utilisé à l'origine dans le monde informatique. En quelques mots, il définit la capacité d'un système (un site web par exemple) à accueillir 50 ou 500 utilisateurs simultanément sans pour autant nuire à ses fonctionnalités ou ses performances.

  • Vous l'aurez certainement constaté, il existe plusieurs formes grammaticales du terme scale qu'il est important de comprendre avant de pouvoir continuer :
  •  
  • 1. La scalabilité
  • On utilise scalabilité (scalability est également accepté comme orthographe) comme nom commun. Ex. : "La scalabilité de cette entreprise est impressionnante !"
  •  
  • 2. Scalable
  • L'adjectif de scalabilité. Ex. : "Cette entreprise n'est pas scalable."
  •  
  • 3. Le scaling
  • Un nom commun utilisé pour décrire l'action de la scalabilité. Ex. : "Le scaling de cette entreprise est un projet essentiel pour nous."
  •  
  • 4. La scale-up
  • Un terme utilisé pour décrire souvent une start-up qui a un modèle économique scalable. Ex. : "Cette start-up est en réalité une scale-up."
  •  

LA SCALABILITÉ INFORMATIQUE ET LA SCALABILITÉ ÉCONOMIQUE 

Nous nous passerons de vous expliquer en détail la scalabilité dans le contexte informatique, hormis la définition déjà fournie ci-dessus pour le site web. À moins d'être déjà un expert en réseau, serveurs, protocoles et j'en passe, vous n'y comprendrez pas un traître mot.

Focalisons-nous plutôt sur la scalabilité économique. Ce business model a été adapté à partir de l'informatique, et reprend la même base fondamentale : être capable de rester performant malgré une augmentation de la demande. Toutefois, a contrario des autres modèles économiques "classiques", un modèle scalable ne doit pas engendrer des coûts supplémentaires onéreux à l'entreprise. Tout simplement, la start-up doit être en mesure d'augmenter son chiffre d'affaires tout en confortant sa rentabilité en minimisant les coûts supplémentaires qu'engendre cette croissance de la demande.

Même s'il n’existe aucune manière sûre de faire qu'une scale-up fonctionne (celles qui ont fonctionné seraient nettement moins impressionnantes si c'était le cas), il existe un certain nombre de règles fondamentales à respecter.

  • #1 - Le scaling, c'est dès le départ qu'il faut y penser
  • Le scaling ne s'improvise pas facilement ; le mieux est de l'intégrer dès lors que vous en êtes au stade de l'établissement d'un business model pour votre start-up ou entreprise (par exemple Uber). Il est possible de changer votre business model en cours de route pour en faire un modèle scalable, comme l'ont fait certaines grandes structures aujourd'hui (TGV et Google, par exemple).
  •  
  • #2 - C'est la valeur du produit qui compte, et non son prix
  • Un produit à prix variable n'est pas le summum du scalable ; il est recommandé de créer un produit générique à prix fixe qui augmentera toutefois en valeur au fur et à mesure du nombre de clients l'utilisant. Un produit illustrant ce concept parfaitement : l'App Store. Hormis l'ajout de serveurs du côté d'Apple pour assurer la performance et l'accessibilité de l'outil, l'App Store est extrêmement rentable, avec une base de clients (les développeurs du monde entier), tous ayant besoin de passer par la plateforme pour vendre leur produit.
  •  
  • #3 - La taille de votre start-up ne définit pas à elle seule sa scalabilité
  • La taille de votre entreprise est certes importante, et correspond à un KPI important à suivre ; toutefois, ce n'est pas le seul facteur à prendre en considération dans une entreprise scalable. Sont également importants : la gestion intelligente des affaires, la qualité de vie au travail (QVT pour les intimes), et au-delà de tous, l'automatisation des processus. Beaucoup d'experts du scaling s'accordent à le dire : les outils d'automatisation sont des bénédictions pour une scale-up, car elles permettent souvent d'augmenter la capacité de l'entreprise à gérer les clients tout en mitigeant les coûts que cette gestion engendrerait dans un business model classique.
  •  

LE SCALING VS LA CROISSANCE

Si vous avez bien lu les paragraphes précédents, vous aurez peut-être déjà commencé à comprendre la différence entre le scaling et la croissance. Toutefois, une petite piqûre de rappel s'impose : qu'est-ce que la définition exacte de la croissance dans le contexte d'une start-up ou d'une entreprise ?

La croissance signifie tout simplement l'augmentation du chiffre d'affaires de la structure. Elle ne définit en aucun cas sa rentabilité. Je m'explique : prenons l'exemple d'une entreprise ayant 100 clients qui va bientôt en signer 50 de plus. Cette augmentation du nombre de clients voudra forcément dire que le chiffre d'affaires augmentera. Ce que cela signifie également est une augmentation des coûts sous la forme d'un recrutement de plus de personnel pour gérer ces 50 nouveaux clients. Par conséquent, bien que le chiffre d'affaires a augmenté, le coût de production a également augmenté de manière proportionnelle, voulant dire que l'entreprise n'est pas forcément plus rentable qu'avant.

Le modèle scalable, comme nous l'avons déjà expliqué plus haut, évite cette problématique. Son chiffre d'affaires augmente, mais le coût de production reste sensiblement moins élevé (par exemple, grâce à l'utilisation d'outils d'automatisation qui évitent dans un premier temps de recruter plus de personnel).

  • En bref, juste parce qu'une entreprise est croissante ne signifie pas qu'elle est scalable. D'ailleurs, en parlant de ce qui est scalable...
  •  

QUAND LE SCALING N'EST PAS UNE OPTION

Malheureusement, la scalabilité n'est pas une option pour toutes les entreprises. Les prestataires de services sont un bon exemple : un coiffeur ne pourra jamais être scalable, à cause de la limite du nombre de coupes qu'une seule personne peut effectuer en une seule journée ; à un moment donné, le coiffeur sera obligé de recruter plus de personnel, et ainsi de suite.

Un exemple d'une entreprise à moitié scalable serait un entrepôt. La préparation des colis et l'expédition sera inévitablement limité, et donc non-scalable, par la taille de l'entrepôt et du personnel. Toutefois, toute la gestion logistique informatique peut être automatisée, réduisant ainsi les coûts même sur de très grandes échelles.


Quelques chiffres

Les scale-up avaient une productivité accrue de 42% comparée à leurs concurrents "classiques" en 2019. Dans les secteurs du BTP et du transport, elles étaient deux fois plus productives (source : ScaleUp Institute).

Les scale-up ont typiquement un chiffre d'affaires de 1 à 5 millions de livres sterling, soi 1.1 à 5.5 millions d'euros (source : ScaleUp Institute).

La plupart des scale-up comptent entre 10 et 50 collaborateurs. Il n'y a que 6% de scale-up qui comptent plus de 250 collaborateurs (source : ScaleUp Institute).

Les scale-up ont réussi à obtenir en moyenne 5.8 millions de dollars en investissements lors de leur première tour de table en 2018 (source : TechTour Growth 50).


Les principaux acteurs à suivre

Il existe bien entendu des scale-up dans tous les pays ; toutefois, par esprit de patriotisme, nous avons décidé de vous présenter exclusivement les scale-up français, tiré de l'étude faite par TechTour Growth 50.

Alan - Une assurance santé 100% en ligne.

Algolia - Une start-up née en France et qui s'est développée aux États Unis. Elle propose un produit de recherche sur le web via un modèle SaaS.

Doctolib - Une application pour prendre facilement rendez-vous avec un spécialiste de santé.

Launchmetrics - Éditeur de logiciels spécialisé dans l'analytique pour les secteurs de la mode, de la beauté et du luxe.

Ledger - Une scale-up française qui conçoit et commercialise des portefeuilles de cryptomonnaies physiques destinés aux particuliers et aux entreprises.

Meero - Une place de marché dédiée à la sous-traitance photographique.

Phenix - Accompagne les entreprises, notamment la grande distribution, dans leur démarche de réduction du gaspillage et des déchets, en proposant sur leur plateforme les invendus aux particuliers.

Shift Technology - Shift Technology est une scale-up française qui développe une plateforme de détection des déclarations frauduleuses aux assurances.


Les livres blancs à consulter


To scale or not to scale

Livre blanc de Evolena

12 freins à lever pour booster sa start-up.

Agile at scale : une opportunité aux multiples enjeux

Livre blanc de Kanbios

Maîtriser le management pour réaliser son projet dans les temps.

How do we scale with intelligent automation?

Livre blanc de Humans4Help

Humans4Help combine ses compétences pour présenter l'évolution et l'importance du marché du RPA.

Digital culture at scale

Livre blanc de 360Learning

Comment déployer une culture digitale à grande échelle grâce à la formation.

Scalability by Nuxeo

Livre blanc de Nuxeo

Performance & flexibilité des logiciels de DAM.

Startup - Comment accompagner votre croissance avec des outils de gestion innovants ?

Livre blanc de ubister

Accompagner l’hyper-croissance avec des outils de gestion.