Connexion
6 838 Livres Blancs | | |
> Accueil / Dossiers / Le bien-être au travail

Le bien-être au travail


Quand nous vous disons "bien-être au travail", que voyez-vous ? Une start-up, pleine d'espoir avec des jeunes cadres dynamiques et souriants profitant de la table de ping-pong ou de baby-foot mise à disposition par le fondateur (n'utilisons surtout pas le mot "chef" !), sirotant un café dont le nom est tellement complexe que même un employé de Starbucks peine à le retenir, et discutant de l'avenir de leur projet qui va révolutionner le monde ? Certes, nous pourrions être témoins d'une scène pareille, mais cela reste assez rare au final, et est une idée reçue assez répandue dans le milieu professionnel. Cela ne répond donc pas réellement à notre question : qu'est-ce donc le bien-être au travail ? La réponse dans ce dossier. 


Définition

Avant toute chose, il faut définir le bien-être en lui-même, et plus largement le concept du bonheur. Dans un cadre philosophique, le bonheur, synonyme du bien-être, est un état global ; c'est-à-dire un état qui s'étend dans le temps, et qui est stable et durable. Il faut également noter que d'un point de vue purement psychologique, le bonheur est une notion pleinement subjective et abstraite à l'extrême ; ce qui rend une personne heureuse ne provoquera pas nécessairement la même réaction chez un autre, et se résume par des émotions, et non un matérialisme concret.

Nous pourrions écrire un petit pavé à ce propos, mais nous nous contenterons d'un paragraphe sur les valeurs philosophiques du bonheur et du bien-être. Nous avons toutefois tenu à bien définir le concept en lui-même, de par le fait que ce que nous vous avons décrit dans le chapô ne représente pas réellement le bien-être. Cette scène peut donner un ressenti de bonheur, mais est au final assez dénuée de réel sens. Que se passe-t-il si nous n'aimons pas le baby-foot et le ping-pong ? Ou le café ? Si après cet interlude de jeu il faut travailler douze heures d'affilées pour atteindre un deadline imposé par le fondateur qui s'avère être un sociopathe de première catégorie ? Peut-être qu'entre deux des participants il y a une profonde incompatibilité de personnalités qui les empêche de bien s'entendre ? Bref, le bien-être au travail ne se résume pas à ce matérialisme et va bien plus profondément dans la structure même d'une société pour être efficace.

  •  
  • LA RÉALITÉ DU BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Revenons-en aux bases : il existe une définition officielle pour le bien-être au travail, issue de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon l'organisation, le bien-être est "un état d'esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d'un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l'autre les contraintes et les possibilités du milieu de travail". Décomposons cette définition afin de mieux en comprendre les éléments clés. D'un côté se trouve le professionnel :

- Aptitudes - Synonyme de compétences, prendre en compte les aptitudes dans le cadre du bien-être au travail est essentiel ; après tout, est-ce que la personne va préférer travailler sur un projet pour lequel il a suivi une formation, ou dans une situation qui lui est complètement inconnue et qu'il n'est pas sûr d'aimer ? Toutefois, traiter l'aptitude sans considérer les deux autres éléments - à savoir les besoins et les aspirations - serait une grave erreur. Pour vous donner un seul exemple, juste parce que quelqu'un est compétent en la matière ne signifie pas nécessairement qu'il s'y plaît. Il ne s'épanouira donc pas simplement en le plaçant là où ses aptitudes sont adaptées.

- Besoins - Synonyme des exigences de la personne, les besoins dans le cadre professionnel peuvent être divers et variés, et représente un atout important pour assurer un bien-être qui s'inscrit dans la durée. Un besoin peut par exemple concerner la santé (handicaps physiques ou psychologiques, assurances, etc.), des contraintes personnelles (enfants ou personnes à charge, mobilité), ou encore des besoins tout simples comme la possibilité de manger et/ou boire sur place ou d'avoir certains équipements de disponibles.

- Aspirations - A contrario des aptitudes et des besoins qui sont des éléments liés à l'instant, les aspirations sont purement et simplement conceptuelles. Ce sont les objectifs que se fixe la personne dans le court, moyen et long terme. Tout comme les besoins, les aspirations varient de personne en personne.

De l'autre côté se trouve le monde du travail : 

- Contraintes - Les contraintes de l'entreprise sont en quelque sorte l'homologue des besoins de la personne. Tout comme la personne, l'entreprise a certaines contraintes, des besoins qui sont nécessaires au bon fonctionnement. Ces contraintes peuvent être en lien avec l'efficacité de production, les horaires, et plus encore ; comme dit si bien la définition de l'OMS, ces contraintes doivent être en mesure de s'harmoniser aux aptitudes, besoins et aspirations du travailleur.

- Possibilités - Nous pouvons interpréter les possibilités d'une entreprise comme l'homologue des aspirations du travailleur. Tout comme les contraintes, chaque entreprise peut offrir différentes possibilités au niveau salarial ou en termes de carrière... 

Lorsque ces cinq éléments sont réunis, et uniquement dans ce cadre-là peut-on considérer que l'on a quelque chose ressemblant au bien-être professionnel.

  •  
  • UN EFFET DE MODE POUR VALORISER L'ENTREPRISE ?

Le bien-être au travail ne date pas d'hier. Dès le 19e siècle, les fondements du bien-être prennent vie sous la forme de réparations d'accidents de travail, et ont évolué depuis pour devenir au début du 21e siècle une véritable forme de management au sens propre du terme. Des chefs intransigeants deviennent ainsi des leaders bienveillants, transformant leurs entreprises en véritables maisons secondaires pour les employés qui ont accès à tout, de la salle de gym à la salle de repos en passant par les tables de baby-foot et de ping-pong.

La tentative de changer le paradigme de travail est louable, mais inévitablement vouée à l'échec en prenant une approche bien trop matérialiste dans beaucoup de cas. Comme vous l'aurez compris de la décomposition de la définition ci-dessus, le matérialisme n'est qu'un des nombreux facteurs à prendre en compte (dans les besoins de la personne, pour ceux qui ne suivaient pas). C'est loin d'être la seule source de bien-être pour une entreprise, et lorsqu'elle est utilisée seule, ne fait guère plus qu'un effet de mode.

Toutefois, certaines entreprises comme Google ont emmené l'idée un peu plus loin, et instaure au sein de leur entreprise une nouvelle position : le Chief Happiness Officer (CHO), ou Responsable du Bonheur en Chef. Oui, le nom est un peu ridicule et semble tiré d'un livre de George Orwell, mais le rôle du CHO assez important avec plusieurs missions en lien avec le bien-être :

  • - Instaurer une culture de travail positive
  • - Améliorer les relations internes
  • - Harmoniser le travail afin de minimiser les obstacles rencontrés par le salarié
  • - Organiser des activités (soirées, teambuilding) pour les salariés

Son rôle se résume non pas à forcer le bien-être au sein d'une entreprise, mais à assurer que les conditions de travail soient optimisées afin de permettre au bien-être d'évoluer de façon naturelle au sein de l'entreprise.

  •  
  • LA FINALITÉ DU BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Soyons cyniques l'espace d'un instant : certains vous diront que le bien-être au travail n'est qu'une tentative calculée de la part de certaines entreprises qui veulent maximiser la productivité et leurs marges en profitant de leurs employés. Dans certains cas, ils ont peut-être raison.

Toutefois, cette vision quelque peu fataliste du bien-être au travail ne dépeint pas à sa juste valeur un concept qui, si elle est appliquée correctement, peut faire des merveilles dans l'entreprise.

La finalité du bien-être au travail est simple. De par le fait que les salariés voient de plus en plus leur travail comme source de motivation et comme un facteur déterminant dans une vie avec du sens, il faut leur donner des raisons de rester dans un marché du travail de plus en plus compétitif. Le bien-être se présente ainsi comme un win-win pour les deux partis. D'une part, l'entreprise parvient à augmenter sa productivité et la motivation de ses salariés. De l'autre côté, le salarié voit un sens donné au travail qu'il effectue et se positionne mieux émotionnellement pour atteindre un niveau de bonheur professionnel... En bref, le bien-être au travail est avant tout un levier stratégique bénéfique pour tous.


Quelques chiffres

1. Seuls 6% des Français se sentaient réellement engagés par leur emploi ; 69% se sentent désengagés, et 25% sont activement désengagés de leur travail (Gallup, 2017).

2. 58% pensent que le management contribue à une culture d’entreprise positive (Yuco, 2018).

3. 90% des salariés pensent que la Qualité de vie au travail (QVT) contribue à la performance de l'entreprise (Yuco, 2018).

4. 74% des Français pensent qu'être heureux est la meilleure définition du succès professionnel (Linkedin, 2017).


Les principaux acteurs à suivre

- Anact (Agence Nationale pour l'amélioration des conditions de travail) - Une agence publique administrative qui a pour vocation d'aider dans l'amélioration des conditions de travail au sein des entreprises.

- Aract (Associations régionales pour l'amélioration des conditions de travail) - Un réseau de l'Anact exerçant sur le terrain pour améliorer les conditions de travail dans les régions.


Les livres blancs à consulter


Le bonheur au travail

Livre blanc de SciencesPo

Pour être heureux, vivons... au bureau ? C'est la vision de SciencesPo dans ce livre blanc, publié à l'occasion de la journée internationale du bonheur.

Bien-être au travail

Livre blanc de Stanwell & One Conciergerie

Un guide inspirationnel pour passer à l'action.

Améliorez simplement le bien-être de vos collaborateurs !

Livre blanc de Move your buddy

Le guide pour faire grimper en flèche le bien-être de vos collaborateurs et bâtir une marque employeur forte.

Le travail hors les murs : Bien-être et motivation

Livre blanc de Edenred

Edenred a interrogé des universitaires, des sociologues, des consultants en management et des professionnels des ressources humaines, tous observateurs attentifs des mutations profondes que vivent entreprises et salariés.

Le bonheur au travail : une stratégie de développement gagnante

Livre blanc de Spring

Une étude sur le thème du bonheur professionnel.

Bien-être au poste de travail

Livre blanc de Blueberry

Le guide des bonnes pratiques pour gagner en comfort.

Livre blanc de la qualité de vie au travail

Livre blanc de GPS par Gerep

La qualité de vie au travail demande-t-elle une révolution dans l’entreprise ? C'est à cette question que répond ce livre blanc.