Connexion
9 122 Livres Blancs | | 1 360 |

Le principe du gouvernail – Entreprises et États dans le même bateau ?

Les PPP, nouvelle frontière d’une gouvernance moderne ?

  • EditeurBearingpoint
  • Version PDF - 12 pages - 2016 - Français

Obtenir le livre blanc

 

Introduction ou extrait du livre blanc

"Les sujets de gouvernance sont particulièrement à la mode. De nombreux projecteurs sont braqués sur la féminisation des conseils d’administration, mais ce n’est qu’un des sujets clés autour de cette thématique. La gouvernance couvre un champ large puisqu’elle concerne aussi bien les États que les entreprises ou l’économie sociale et solidaire. Au confluent des trois, se trouve notamment la question des PPP, trois lettres pour partenariat public-privé. Ces modèles existent depuis longtemps et ne cessent d’évoluer. Ils prennent aussi une dimension nouvelle dans les pays émergents avec le développement de financements associant bailleurs internationaux, États, associations/ONG, banques et entreprises industrielles et de services. Les questions sont nombreuses (modèle financier, modèle industriel, structuration juridique, etc.), mais la question de la gouvernance est essentielle.

Le terme « gouvernance » est né au XIIIe siècle. La langue anglaise se l’est approprié au XIVe siècle (governance) jusqu’à ce que, dans les années 1970, il s’accompagne du terme corporate dans le cadre des entreprises. L’expression corporate governance était alors un mode de gestion d’entreprise reposant sur une articulation entre le pouvoir des actionnaires et celui des dirigeants. En 1992, la publication du rapport Cadbury en Grande-Bretagne redonne ses lettres de noblesse à la gouvernance et clarifie sa définition avec la règle fondamentale du comply or explain qui prévaut toujours et dont le fondement repose sur l’autodiscipline des entreprises. Le temps des conseils de connivences ou du capitalisme à barbichette (les uns étant administrateurs des autres et réciproquement) est en voie de disparition."

Le principe du gouvernail – Entreprises et États dans le même bateau ?