Connexion
8 539 Livres Blancs | | 1 042 |

La contribution potentielle de la gestion des déchets à une économie bas carbone

Un rapport sur une meilleure gestion des déchets pour avantager une économie bas carbone.

Obtenir le livre blanc

 

Introduction ou extrait du livre blanc

"Lorsqu’il s’agit de rendre compte des émissions de gaz à effet de serre (GES), on pourrait nous pardonner de penser que la gestion des déchets est responsable d’une proportion limitée des émissions de GES européennes. Le reporting des émissions de GES de l’Europe des 28 en 2012 suggère que le secteur “déchets” compte pour à peine plus de 3% du total des émissions de GES, ces gaz responsables des changements climatiques. D’autres pays tendent à montrer des contributions également basses dans leur inventaire “déchets”. Ces faibles proportions pourraient amener à penser que ce secteur ne peut contribuer que faiblement à la réduction des émissions de GES au niveau européen, et donc mondial.

Pourtant, des études émanant de différentes sources indiquent que la réduction des GES attribuable à la prévention et la gestion des déchets (de l’ordre de 150 à 200 millions de tCO2eq) pourrait être plus importante que le total des émissions comptabilisées dans la catégorie “déchets” de l’inventaire de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, la CCNUCC1 (de l’ordre de 100 millions de tCO2eq, ce qui est inférieur aux 170 millions de tCO2eq enregistrés en 1995).

Comme le présent rapport le montre, les méthodes de reporting des inventaires d’émissions pour la CCNUCC se cantonnent, pour la catégorie “déchets”, à une représentation très limitée de la manière dont les systèmes de gestion des déchets (où “systèmes de gestion des ressources”, comme ils sont désormais souvent présentés) optimisés peuvent contribuer à la réduction des GES.

Au niveau mondial, la difficulté à bien prendre en compte le rôle d’une gestion améliorée des ressources et des déchets est en outre exarcerbée par le fait que les inventaires par pays sont basés exclusivement sur les activités qui ont lieu à l’intérieur de leurs frontières. Les matières premières vierges comme secondaires étant largement échangées au niveau international, la manière dont des activités comme la prévention des déchets, le réemploi et le recyclage impactent ces inventaires varie selon que le pays est importateur ou exportateur de produits de base."

La contribution potentielle de la gestion des déchets à une économie bas carbone