Connexion
10 454 Livres Blancs | | 1 576 |
> Accueil / Dossiers / Ce qu'il faut savoir pour financer sa création d'entreprise

Ce qu'il faut savoir pour financer sa création d'entreprise

Quand on parle de création d'entreprise, un chiffre nous vient immédiatement en tête : un Français sur deux rêve de créer son entreprise. C'est un chiffre impressionnant en soi, et même si une bonne partie de ces rêves ne deviendront pas réalité, cela n'empêche que la France est sans aucun doute un pays d'entrepreneurs. Toutefois, une entreprise ne se monte pas en un claquement de doigts, et demande énormément de préparation pour le réussir. Une étape où beaucoup ont du mal : le financement lors de la création d'entreprise. Comme vous l'aurez deviné, c'est le sujet de notre dossier aujourd'hui. Bonne lecture ! 


Les bases du financement de la création d'entreprise

Avant toute chose, il est important de préciser que cet article traite uniquement de l'aspect financier de la création d'entreprise. Si vous souhaitez en savoir plus sur la création d'entreprise globalement, nous vous proposons de découvrir notre dossier sur ce sujet.

Vous êtes toujours là ? Très bien. Nous commencerons avec les bases du financement de votre entreprise, et notamment les différentes solutions qui existent pour financer une création d'entreprise.

Les solutions pour obtenir un financement lors de la création de votre entreprise sont nombreuses. Dans cette liste, nous avons tenté d'établir de manière exhaustive toutes les solutions qui existent.

  • L'apport personnel
  • Pour celles et ceux d'entre vous qui ne sont pas financièrement prédisposés, une petite définition s'impose pour ce qu'est un apport personnel. Un apport personnel correspond très simplement à la somme qu'un créateur d'entreprise peut injecter dans un projet de création sans intervention d'une tierce partie.

L'apport personnel est considéré comme indispensable dans le cadre du financement de votre projet de création d'entreprise, car sans lui d'autres solutions de financement seront inaccessibles (notamment les prêts bancaires). Il est donc fortement recommandé de faire un apport personnel d'au moins 30% de l'investissement total de votre projet, palier auquel sera débloqué l'accès aux prêts bancaires.

Dans le cas où l'apport personnel du créateur d'entreprise ne suffit pas, il peut également y avoir un recours aux solutions de l'ARCE et du prêt d'honneur, détaillées ci-dessous, afin de compléter ledit apport.

  • L’Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise (ARCE)
  • L’Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise (ARCE pour les intimes) est une solution de financement proposée par Pôle Emploi, et consiste à recevoir des allocations chômage sous forme de capital.

Cette solution permet notamment de compléter un apport personnel pour la création d'une entreprise, et est une solution particulièrement intéressante pour les entrepreneurs.

Pour connaître toutes les modalités et conditions d'obtention de l'ARCE, nous vous recommandons de consulter le site de service-public.fr.

  • Le prêt d'honneur
  • Autre solution de financement intéressante qui permet de venir compléter un apport personnel, le prêt d'honneur est un crédit avec un taux d'intérêt à zéro.

Ce type de prêt, qui se différencie d'un prêt bancaire classique, est proposé par plusieurs réseaux d'accompagnement de création d'entreprise comme Initiative France, Réseau Entreprendre ou encore l'Association pour le droit à l'initiative économique.

Les conditions pour obtenir ce type de prêt sont relativement rigoureuses : dans la plupart des cas il est nécessaire de passer devant un jury de professionnels, et ce après avoir été sélectionné grâce à un dossier monté en amont détaillant le projet. Si toutefois vous parvenez à obtenir le prêt, ce dernier peut avoir une très grande valeur pour votre création d'entreprise.

Outre l'aspect financier, le prêt d'honneur jouit d'une excellente réputation, notamment auprès des instituts bancaires, et crédibilise fortement un projet. Initiative France indique notamment que pour 1€ de prêt d'honneur, une banque est prête à financer 7,5€.

  • Le Love Money
  • Avant même parfois de vous lancer dans la recherche de fonds grâce à un prêt d'honneur, l'ARCE ou l'apport personnel, il arrive qu'un entrepreneur fasse appel au groupe de personnes en qui il a le plus confiance : ses proches.

C'est tout le concept de ce qui s'appelle dans le jargon le "Love Money", traduit par "Argent du coeur" dans la langue de Molière, et comporte plusieurs avantages.

Dans le cadre familial, les dons sont exonérés de paiement de droits jusqu'à une certaine somme (31 865€ pour être très précis) ; les conditions pour en bénéficier sont d'ailleurs relativement larges. Il suffit d'avoir moins de 80 ans, d'être l'enfant, le petit-enfant ou l'arrière petit-enfant du donateur (neveu dans le cas où le donateur n'a pas de descendance), et d'être majeur ou émancipé.

  • Le microcrédit
  • Le microcrédit est une solution pour l'entrepreneur qui peine à obtenir un prêt bancaire classique, et permet notamment de pérenniser son emploi au sein de l'entreprise nouvellement créée.

Dans la majorité des cas ce sont les associations et réseaux qui proposent des microcrédits, comme l'Association pour le droit à l'initiative économique déjà mentionnée. 

  • Le prêt bancaire
  • Inutile de vous faire un dessin sur la définition du prêt bancaire ; à partir du moment où vous avez un minimum d'apport personnel, un prêt bancaire  est un recours courant lors d'un projet de création d'entreprise.
  •  
  • Le financement participatif
  • Si le terme de financement participatif ne vous parle pas, peut-être que le crowdfunding, si. Ce concept vieux de plus de dix ans maintenant est une méthode de financement qui permet à tous ceux qui le souhaitent de participer (d'où le nom). Le crowdfunding se déroule souvent par le biais de l'Internet.
  •  
  • Levée de fonds
  • La levée de fonds, autre mécanisme de financement bien connu des start-up aujourd'hui, permet d'ouvrir la création d'entreprise à un ou plusieurs investisseurs.

Ces levées de fonds concernant notamment les entreprises innovantes et avec un fort potentiel de croissance, car l'objectif de l'investisseur est, bien évidemment, de réaliser une plus-value conséquente lorsqu'il revend ses parts de l'entreprise.

  • Les incubateurs
  • Les incubateurs ne sont pas forcément source de financement direct pour un projet de création d'entreprise, mais servent tout de même à accompagner le créateur sur une période de temps défini.

Qui plus est, grâce aux réseaux que possèdent ces incubateurs, ils peuvent également avoir des contacts avec des investisseurs, permettant ainsi au projet de trouver une nouvelle source de financement.

  • Les Business Angels
  • Un Business Angel - investisseur providentiel en français - est une forme spécifique d'investisseur, différent de ceux qu'on peut trouver dans des levées de fonds.

Ce sont souvent d'anciens cadres d'entreprises qui souhaitent investir leur patrimoine dans des sociétés, et ce pour des sommes souvent assez importantes. 

Tout comme un investisseur classique, néanmoins, l'objectif du Business Angel est de revendre sa part dans l'entreprise avec une plus-value au bout de quelques années.

Les fonds d'investissement

Les fonds d'investissement sont des regroupements d'actionnaires professionnels qui investissent de grandes sommes dans le capital de l'entreprise, et accompagnent souvent les créateurs sur une période de 3 à 7 ans suivant l'investissement initial.

  • Les concours
  • Les concours sont un énième moyen pour un porteur de projet d'obtenir un financement. Ces concours ont souvent une cible spécifique - dédiée à un secteur en particulier, une tranche d'âge, une région, etc.).
  •  
  • Les prêts interentreprises
  • Enfin, il existe également comme mécanisme de financement le prêt interentreprises. Comme le nom laisse entendre, le prêt interentreprises permet à certaines structures (des SARL ou des sociétés par action, notamment) de faire des prêts à des microentreprises, des PME ou des ETI.

Les chiffres à retenir pour le financement de votre projet

  • • 30% : c'est le seuil minimum recommandé pour l'apport personnel dans le cadre d'un projet de création d'entreprise (source).
  • • Le montant maximum d'un prêt d'honneur peut atteindre 90 000€ (source).
  • • Le montant maximum d'un microcrédit peut atteindre 10 000€ (source).
  • • Les fonds d'investissement injectent en moyenne 5 millions d'euros dans une entreprise, et descendent rarement sous les 250 000€ (source).
  • • Le maximum que l'ARCE peut vous fournir en capital est 45 % du solde de vos droits à l’assurance chômage (source).
  • • Pour 1 € de prêt d’honneur, les banques accordent en moyenne 7,5 € de financement complémentaire (source : Initiative France).
  • • Dans le cadre familial, le bénéficiaire d'un don peut en effet recevoir jusqu'à 31 865 € sans avoir à payer de droits (source).

Les acteurs à connaître pour financer et accompagner son projet

  • Pôle Emploi
  • Tout le monde connaît le Pôle Emploi, et c'est grâce à cet organisme que vous pourrez accéder à l'ARCE.
  •  
  • Initiative France / Réseau Entreprendre
  • S'il vous faut retenir deux structures pour les prêts d'honneur, ce sont celles-ci.

Initiative France est un réseau associatif qui fédère 215 associations sur tout le territoire français. Leur mission : financer et accompagner les entrepreneurs en leur octroyant des prêts d'honneur. Quant à Réseau Entreprendre, c'est une association française regroupant environ 14 000 chefs d’entreprise qui accompagnent bénévolement chaque année 1 400 nouveaux dirigeants créateurs d'entreprises.

  • Les plateformes de crowdfunding
  • Il existe un nombre important de plateformes de crowdfunding aujourd'hui sur le Web, tous avec différents avantages et inconvénients. 
  •  
  • Les banques
  • Tout comme les plateformes de crowdfunding, il existe pléthore de banque pour financer votre projet. À vous de trouver le bon !

 


Les livres blancs à consulter


Financements privés - L'essentiel pour lever des fonds

Livre blanc de GAC Group

Quelques conseils si vous souhaitez lever pour passer de l’idée innovante à l’industrialisation commerciale.

Apport d'un bien en nature lors de constitution d'une société commerciale

Livre blanc de EFL (Editions Francis Lefebvre)

Un livre blanc qui détaille l'aspect juridique de l'apport d'un bien en nature.

Financer l'amorçage de mon entreprise innovante ou de ma start-up

Livre blanc de We Do Good & Estimeo

Un livre blanc qui vous explique comment bien amorcer son projet d'entreprise.

Créer son entreprise

Livre blanc de CERFRANCE

Les étapes d'un lancement réussi.

Comment créer son entreprise ?

Livre blanc de EBP

Pour vous aider à mener à bien votre projet, EBP vous propose tout au long de ce livre blanc de vous appuyer sur des outils qui ont fait leur preuve. Retrouvez tous ces outils dans la rubrique “Boîte à outils”.