Connexion
7 491 Livres Blancs | | |

5 idées fausses sur la reconnaissance vocale

Les idées reçues sur la reconnaissance vocale dans le milieu de la santé.

  • EditeurNuance
  • Version PDF - 10 pages - 2019 - Français

Obtenir le livre blanc

 

Introduction ou extrait du livre blanc

"Nous avons tous une expérience avec la reconnaissance vocale. Nos smartphones et nos ordinateurs sont capables de retranscrire nos paroles. Dicter sa liste de courses ou demander à son smartphone quel temps il fera demain, c’est facile. Mais la rédaction d’un compte rendu médical ou la saisie d’informations cliniques complexes dans un dossier patient informatisé requiert un système de reconnaissance vocale bien plus performant.

Une enquête menée par les Echos Etudes en mai et juin 2016 pour le compte de Nuance, auprès de 200 professionnels de santé, permet de constater que la technologie de reconnaissance vocale est encore mal perçue par les médecins, en particulier ceux ayant eu une expérience il y a quelques années, et ce, bien qu’ils en perçoivent les bénéfices potentiels. En revanche, ceux qui l’utilisent aujourd’hui plébiscitent un outil innovant, véritable levier d’efficience en termes de temps médical retrouvé, relation patient, qualité des soins et conformité avec les exigences réglementaires.

1. La reconnaissance vocale ne serait pas fiable

Les professionnels de santé qui n’utilisent pas la reconnaissance vocale expriment le plus d’a priori. Ils ont souvent expérimenté les anciennes technologies de reconnaissance vocale dans le passé, et cela ne leur a pas laissé une bonne impression. Pour eux, la reconnaissance vocale n’est pas perçue comme fiable, les systèmes ne seraient pas au point et les comptes rendus produits présenteraient des erreurs de saisie. « Il y avait trop de corrections à faire. Peut-être que je ne l’ai pas assez configuré. J’utilise peut-être un langage trop spécifique », explique un chirurgien exerçant en clinique privée."

5 idées fausses sur la reconnaissance vocale